Courageusement, la direction du quotidien gratuit 20 Minutes vient d’annoncer par mail aux 12 photographes pigistes des rédactions de Lille, Nantes, Strasbourg, Bordeaux, Lyon et Toulouse qu’ils ne seraient très bientôt plus que 6. Selon la méthode qui consiste à diviser pour mieux régner, la direction envisage de mettre en concurrence les photographes pigistes qui travaillent dans une même ville sur le seul poste qui serait conservé.


Des pigistes fantômes

Pour une rémunération moindre, les photographes devraient en outre assurer l’iconographie, l’infographie et la mise en page de leurs photos dans la maquette en plus des prises de vues. Les 12 photographes pigistes du quotidien se sont déclarés solidaires et se sont mis en grève. Ils ont entre 4 et 6 ans d’ancienneté dans l’entreprise et ne bénéficient à ce jour ni de la mutuelle maison, ni des visites de la médecine du travail, ni de l’assurance en responsabilité civile professionnelle de l’entreprise. Ils n’ont aucune prise en charge des repas pendant les heures de travail. Leur rémunération ne prend pas en compte, l’utilisation du matériel personnel, les heures de post-production des images, les photos diffusées sur le Web par le journal et l’ancienneté. Ils ne figurent pas dans les listes électorales des représentants du personnel. L’abattement sur leurs cotisations sociales est effectués sans leur accord signé.

Epreuve de force
Les photographes pigistes de 20 Minutes viennent d’engager une épreuve de force pour obtenir une négociation avec la direction sur la base du respect des droits prévus par la convention collective des journalistes. Cette information prend une saveur toute particulière, le jour où le quotidien gratuit Metro annonce (Libération 9 février 2010), qu’il paiera désormais 70 € pour une photo d’amateur publiée en une du journal. Metro lancera le 10 février, une « communauté de citoyens reporters rémunérés » 70 € pour la une, 40 € pour une photo en page intérieure, 35 € pour une édition locale, 10 € pour une photo sur le site Web et 25 € pour une vidéo. Metro n’indique pas son tarif pour le feuillet de 1 500 signes. Tous à vos appareils photo !

F.V.