indexRéclamé par les organisations syndicales depuis 2007, l’accord sur le télétravail, signé à l’unanimité des syndicats de Wolters Kluwer France (Liaisons Sociales, éditions Lamy…), dont le SNJ, entre en application le 2 juin, à la faveur du déménagement de l’entreprise de Rueil-Malmaison (92) à Porte de Saint-Ouen.

Le SNJ se réjouit d’avoir pu finaliser cette négociation, qui était suspendue sans raison valable par la direction depuis 2014. Alors qu’elle était largement soutenue et attendue par de nombreux salariés.

Le SNJ considère que ce texte apporte un certain nombre de droits nouveaux, même si certaines modalités sont différentes de ce que la section aurait souhaité.

2 jours de télétravail maximum

Le nombre de jours de télétravail accordé aux salariés est déterminé en fonction de leur temps de trajet pour accéder à l’entreprise (site de la Porte de Saint-Ouen) depuis leur domicile. Un jour est accordé aux salariés dont le temps de trajet aller par transports en commun ou voiture est inférieur à 45mn, deux jours à ceux dont le temps de trajet aller est égal ou supérieur à 45mn. Il existe également une formule permettant de répartir les jours de télétravail selon un calendrier mensuel.

Cet accord télétravail est compatible avec les mesures de l’accord contrat de génération et s’applique donc aux salariés séniors tout comme à ceux à temps partiel. Sous réserve, dans les deux cas, que les salariés soient présents dans les locaux de l’entreprise au moins 3 jours par semaine. Il ne concerne que les salariés en CDI.

Modalités

La demande doit être adressée au manager et au RRH. L’entreprise doit répondre dans un délai de 6 semaines. Les réponses négatives devront être motivées par écrit et pourront faire l’objet d’un recours auprès de la RH. L’absence de réponse au-delà de 6 semaines vaut acceptation de la part de la direction.

Le télétravail n’emporte pas l’attribution d’un matériel technique double à domicile et dans les locaux de l’entreprise. Celle-ci met toutefois à disposition du télétravailleur un ordinateur portable (PC) muni des logiciels nécessaires. Au cas où le salarié souhaiterait et pourrait utiliser son matériel informatique personnel, l’installation des logiciels resterait à la charge de l’entreprise. Le versement d’indemnités annuelles varie de 50 à 75 euros selon les formules de télétravail.

Avenant au contrat de travail

L’accord s’applique à tous les salariés pouvant organiser leur travail quotidien de façon autonome. Il n’y a pas d’exclusion a priori de fonctions ou de métiers particuliers. Le passage en télétravail fait l’objet d’un avenant à votre contrat de travail d’une durée d’un an, renouvelable chaque année. Dans certains cas particuliers, le télétravail pourra excéder 2 jours par semaine.

La signature de l’accord est une première étape, car son succès dépend maintenant de son application. Le SNJ restera attentif à ce que les salariés y aient effectivement accès. Par ailleurs, cet accord ne règle pas les problèmes liés à l’aménagement des futurs locaux. Le télétravail ne saurait faire oublier que la plupart des salariés vont se retrouver dans des bureaux particulièrement exigus.