indexEn juillet dernier, la direction de Mondadori mettait en œuvre sa décision de regrouper par corps de métier le pôle  « Star » désormais intitulé « Infotainement » regroupant trois titres : Télé Star, Télé Poche et Closer.

L’objectif officiel ? Améliorer la circulation de l’information et inciter à une collaboration plus efficace entre les effectifs. Une ligne directionnelle qui cache surtout des desseins plus prosaïques en totale adéquation avec la volonté, affichée celle-ci, d’intensifier  les efforts sur la productivité sur le web.

 

N’ayant fait l’objet d’aucune concertation avec les équipes concernées, cette réorganisation, présentée comme pilote au sein du groupe, s’est effectuée non sans douleur pour des salariés déjà pressurisés par des exigences croissantes de productivité. Avec pour unique credo : le clic, rien que le clic, tout pour le clic.

 

Toute réflexion sur le fond semble proscrite. La qualité est devenue une grossièreté. Inversement proportionnelle à ces exigences croissantes, la rémunération recule.  Le « travailler plus pour gagner moins » est une réalité : aucune augmentation collective en 2016. (versus en 2015 augmentations Générales + 2% pour les salaires bruts inférieurs à 2100 € ; +1,5% pour les salaires entre entre 2101 et 2500 € ; un supplément d’intéressement de 300 € pour les CDI, CDD et Journalistes Pigiste et une enveloppe de 0,80% pour les augmentations individuelles).

 

Quant à l’enveloppe destinée aux augmentations individuelles, elle ne concerne que celles et ceux connaissant un « élargissement de leurs responsabilités ». La direction refuse également tout supplément de rémunération pour le bimédia (print et web).

En lieu et place, elle propose le versement d’une prime de 500 euros aux journalistes signataires d’un avenant de mutualisation « tous titres, tous supports » sur l’ensemble du groupe. Une aumône en échange d’un renoncement à des garanties prévues par la loi ! Evidemment, pas question non plus de « repenser » les tarifs piges appliqués sur le net : 10 euros brut la news. Circulez…

Transformés en ouvriers de la plume spécialisés dans la production de contenu, les journalistes sont dans le meilleur des cas résignés, dans le pire au bord de l’épuisement et de la dépression.

La section SNJ Mondadori