groupe-bayardLes récentes élections professionnelles chez Bayard ont permis l’élection de deux délégués du personnel SNJ, un titulaire et un suppléant, et d’un élu suppléant au CE dans le collège journalistes. La représentativité du SNJ s’établit à 17,5% dans le collège journalistes et à 7,94% sur l’ensemble de l’entreprise.

La section SN de Bayard, rejointe par les autres syndicats de l’entreprise, se mobilise actuellement pour faire adopter la Charte d’éthique professionnelle des journalistes (1918/38/2011) et non la « Charte Bruno Frappat » (du nom de l’ancien directeur de La Croix) qu’essaye d’imposer la direction.

Elle reste également mobilisée par le respect de l’accord signé en 2011 sur les droits d’auteur notamment pour les
reprises dans les ouvrages édités par Bayard. Les journalistes pigistes perçoivent 3% en sus de leurs piges au titre de leurs droits patrimoniaux sur leurs oeuvres. Ils ont également bénéficié d’une revalorisation de 1,5% du barème minimal de pige mais le SNJ insiste pour que les augmentations s’appliquent aux tarifs réellement pratiqués. Pour les salariés permanents, la section réclame un montant d’augmentation égal pour tous et non une hausse en pourcentage qui favorise les hauts salaires.

Les militants SNJ réclament par ailleurs des embauches en CDI pour compenser les départs, notamment en retraite, et permettre la prise des jours de RTT des journalistes en poste, de moins en moins nombreux. Et ils ont signé l’accord contrat de génération qui doit favoriser le maintien dans l’emploi des seniors et l’insertion durable de jeunes.

Malgré la prise en compte de certaines de leurs revendications, la section a refusé de signer l’accord égalité hommes/femmes jugé insuffisant et non respectueux de l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle.  Une négociation sur le télétravail, plébiscité par les salariés interrogés par le CHSCT, est toujours attendue mais la direction y cherche le moyen de réduire le nombre de jours de congé.