dallozLes élections de la délégation unique du personnel (DUP) qui viennent de se dérouler aux Editions Dalloz ont confirmé que les journalistes de l’entreprise maintiennent leur confiance au SNJ.

Alors que dans les collèges Cadres/TAM et employés, le quorum n’a pas été atteint au premier tour, 72 % des journalistes ont participé au scrutin (électronique) et 87,5 % d’entre eux ont voté SNJ (contre 12,5 % pour la CGT).

Les trois sièges de titulaires et trois de suppléants du collège nous reviennent donc.

Au total, et bien que les journalistes représentent un peu moins du tiers des salariés de Dalloz, la représentativité du SNJ s’établit à 48,5 contre 52,5 % pour la CGT qui a peiné également à convaincre les salariés des autres collèges.

Ce succès est le résultat d’une action déterminée menée depuis 2011. La création de la section avait pour objet de faire reconnaître la profession dans une maison qui, au motif que son activité principale est l’édition de livres, refusait d’appliquer notre convention collective à ceux qui réalisent sa vingtaine de revues. Et allait même jusqu’à payer ses pigistes en droits d’auteurs !

Après avoir obtenu l’application de la convention collective et la régularisation des pigistes, la section a abouti à un accord sur les droits d’auteurs en décembre 2016.

Mais le vote des journalistes de Dalloz n’est pas que reconnaissance de l’action passée, il vaut aussi soutien pour l’avenir. Alors qu’une réorganisation très contestée de l’entreprise vient d’être mise en œuvre, les journalistes de Dalloz, en votant SNJ ont marqué leur volonté de voir la reconnaissance de la profession préservée dans l’entreprise. Et ils comptent sur le SNJ pour la défendre.