info6tmHalte à la casse, s’insurge l’intersyndicale -dont le SNJ- d’Info6tm où la direction a signé il y a deux mois un accord d’Union économique et sociale (UES) qui n’a toujours pas été suivi d’une convocation pour la négociation d’un protocole pré-électoral.

Dix mois après la cession de sa BU presse et des services transverses par WKF, la direction n’a engagé aucune discussion avec les syndicats sur la survie des accords collectifs, dénoncent également le SNJ, la CFDT et la CGT dans un tract diffusé le 23 mai qui liste leurs doléances.  « Un tiers des 292 salariés transférés ont quitté Info6tm et ses filiales… Quand les partants sont remplacés, ils le sont dans des conditions précaires… les salariés touchés sont laissés à eux-mêmes pour imaginer leur avenir… » A l’origine, ajoutent-ils, « le projet de cession ne comportait prétendument pas de suppressions de postes » or « la direction d’Info6tm incite les salariés au départ » via clauses de cession et autres ruptures conventionnelles. Selon eux, il s’agit « de toute évidence d’un plan social dissimulé par Info6tm et sous-traité par WKF, au terme duquel il ne restera qu’une infime partie des salariés transférés. »

Les syndicats réclament à la direction des engagements immédiats et lui demandent d’organiser des élections du personnel dans les plus brefs délais, d’engager une consultation sur les réorganisations, de clarifier ses projets d’avenir pour chaque service et filiale et de proroger les accords collectifs en vigueur le temps nécessaire à leur renégociation.