radio-franceRadio France n’a plus de PDG, mais ce n’est pas pour cela que la réforme de l’audiovisuel public marque un temps d’arrêt !

Mathieu Gallet a été révoqué le 31 janvier 2018 par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) qui a jugé qu’il ne pouvait pas rester à la tête « d’une société détenue à 100 % par l’État […] dans un contexte de réforme majeure de l’audiovisuel public« .

Il est vrai que la ministre de la Culture, qui porte la réforme, avait jugé le maintien de Mathieu Gallet « inacceptable« , au nom d’un devoir « d’exemplarité » des dirigeants d’entreprises publiques. Françoise Nyssen avait appelé Mathieu Gallet, tout comme le CSA, à « tirer les conséquences » de sa condamnation à un an de prison avec sursis et une amende de 20 000 euros, pour favoritisme, lorsqu’il dirigeait l’INA.

Radio France se trouve donc sans personne à sa tête, au moment précis où nos chaînes et nos salariés ont le plus besoin d’être défendus, face à un exécutif dont la réforme, selon un document de travail du ministère de la Culture, prévoit le « rapprochement » entre France Télévisions et Radio France, une fusion de France 3 et France Bleu, la suppression de France Ô ou le passage de France 4 à une diffusion 100% numérique.

Les déclarations de Françoise Nyssen au Journal Du Dimanche, le 4 février2018, ne sont pas plus rassurantes. La ministre de la Culture évoque, entre autres, « au-delà de programmes communs, une offre numérique commune de proximité« .

Il nous paraît inenvisageable que France Bleu perde ses sites, sa présence sur les réseaux sociaux et ses applis au profit de France 3.

France Bleu, le réseau de radios locales de Radio France créé en septembre 2000 et que jeudi  1er février 2018, sur franceinfo, Bruno Studer, député LREM et président de la commission des affaires culturelles à l’Assemblée nationale, a rebaptisé « Radio Bleue« 

Pour mémoire, la réforme justifiée notamment par Emmanuel Macron qui a dit sa « honte«  par rapport à l’audiovisuel public, est particulièrement mal perçue par les salariés de Radio France dont les chaînes n’ont jamais rassemblé autant d’auditeurs : chaque jour près de 14,8 millions de Français se branchent sur l’une de ses radios (France Inter, franceinfo, France Bleu, France Culture, France Musique, FIP, Mouv’). La matinale d’Inter est la plus écoutée du pays, l’audience de France Culture bat des records et France Bleu, avec ses 44 stations locales, est désormais plus écoutée qu’Europe 1. Radio France bat aussi tous les records en terme d’écoute délinéarisée (podcast, AOD, streaming).

Ce qui n’empêchera pas l’exécutif de nous « réformer« , d’autant plus facilement que l’entreprise n’aura qu’un intérimaire à sa tête pendant de longs mois, justement pendant la période de toutes les décisions.

Valeria Emanuele, DS SNJ Radio France